Chroniques

Miss Kilos

« On est tous et toutes des « Miss » ou « Mister » quelque chose, mais l’important c’est de toujours se rappeler qui on est vraiment à l’intérieur de nous-mêmes. »

« Que vous soyez une « Miss Kilos », une « Miss Intello », qu’importe… Vous serez toujours une « Miss Quelque chose », c’est comme ça. À vous de savoir si vous préférez que ce soit un titre ou une étiquette. La différence ? Le titre vous le portez, l’étiquette, on vous la colle. »« Bouboule », « Polochon », « vache à lait », sympa comme surnom, hein ?

Sinon moi c’est Alexandra et vous l’aurez sans doute compris, je suis ce qu’on définit communément par le mot « grosse ». Bien sûr je ne suis pas que ça, mais personne ne semble s’en rendre compte au lycée.

À moins que le nouvel élève ne vienne changer la donne ! Caleb Lonford, petit génie de la mode habitué aux strass et aux paillettes, semble voir au-delà des apparences. Y aurait-il enfin un garçon capable de m’apprécier telle que je suis ?

Mais comment devient-on une fashionista quand on passe son temps à se planquer sous les escaliers du lycée ?

Miss Kilos a été écrit par une auteure habitant en Nouvelle-Calédonie, Manon Seguin. C’est son premier livre d’une trilogie, nous emmenant dans le monde d’Alexandra. J’ai commencé à lire Miss Kilos car le poids est un sujet important sous bien des aspects et d’une manière générale dans « le monde », mais aussi car je suis fan de l’humour qu’a mis Manon dans ses fictions « Philippine », « Acacia » ou encore « Le voisin d’à côté ».

Cependant, je me suis pris une claque. Car même si je retrouve ses petites touches d’humour, cette fiction est bien plus profonde et parle d’un sujet très important qui touche toujours trop de personnes. Tout le monde devrait lire Miss Kilos ! On est bien loin du cliché de la fille en surpoids qui termine avec le beau mec. C’est bien mieux que ça !

Alexandra est une fille « grosse » subissant les moqueries et rabaissements des autres élèves. Mais voilà que Caleb, une star des podiums et personne « people » s’intéresse à elle. Elle ne comprend pas comment, mais surtout pourquoi, un garçon aussi beau que populaire veut devenir son ami.

Parfois, Caleb aimerait qu’on le voit lui, juste lui et pas le fils de ou le mannequin et styliste, ce qu’a fait automatiquement Alexandra lors de leur premier contact. Voilà pourquoi ce sera elle son projet et voilà ce qui rend cette fiction originale ! Il compte bien ne pas baisser les bras et briser le mur entourant Alexandra pour la faire briller, comme son âme. Une belle amitié va naitre, permettant à la jeune fille de s’accepter et de voir qu’elle aussi, est belle et que toutes les filles le sont, peu importe leur taille.

Je suis une handicapée du cœur. Je suis une malade de l’amour, une amputée des sentiments.

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable. J’ai dévoré la fiction en deux jours … Oups. Tout est cohérent et s’enchaîne sans qu’on ne s’en rende compte. Une fiction à ne pas rater et je me réjouis déjà de découvrir les deux tomes suivants.

Édité chez Lips&Roll 

Je l’ai dévoré également. Les personnes ont trois ans de plus et ont grandit. Ce tome deux est rempli d’émotions avec quelques rebondissements surprenants et un nouveau personnage complexe. Alexandra est perdue et le retour de Caleb ne va rien arranger !

Il ne faut jamais oublier qu’on peut aimer une personne de différentes façons.

À nouveau, une lecture rapide. On lit sans s’arrêter et bam, une heure de sommeil en moins… La faute à la plume addictive de Manon ! Dans ce tome 3, les personnages continuent de gagner en maturité, ils sont toujours autant attachants et construits. Une romance s’installe, pigmentée par des moments d’humour, mais aussi des moments plus sérieux et même un passage flippant. J’ai simplement adoré.

Plusieurs moments sont profonds en émotions et en pensées, nous emmenant dans les réflexions d’Alexandra. Encore une fois, Manon m’a surprise. Alexandra nous fait réfléchir à notre vie et la façon dont on veut la vivre, dont on voit les choses. Et il y a les aléas de la vie qu’on ne peut éviter, mais on peut les surmonter et se relever.

Pour conclure, je dirai que tout le monde devrait lire Miss Kilos, surtout les adolescentes et adolescents car il y a beaucoup de leçons qu’ils devraient avoir en tête en entrant dans la vie d’adulte. La fin de cette trilogie n’est pas celle à la quelle on s’attend, mais ça aurait été mal connaître Manon ! Elle est différente et termine Miss Kilos d’une très belle façon. Je ne peux que conseiller cette trilogie, merci Manon ! 

Parole de grosse !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code