Chroniques

Les Ventes de l’Existence

Sois heureuse ! Détache-toi des horreurs que tu as vécues ! Affranchis-toi des pensées et des actes que l’on t’a injustement imposés. Ce n’est pas de ta faute ! Alors il est temps de vivre ! Maintenant ! Pas plus tard, pas demain, ni dans un an.

Proche de la trentaine, Joanne, sociologue émérite, est de ces personnes dont on pourrait dire qu’elles ont réussi leur vie. Et pourtant… Tout s’écroule pour la jeune femme le jour où elle apprend brutalement le suicide de Lucas, son parrain.

En héritage, il lui laisse l’Ultimo Respiro, la maison qu’il avait achetée et rénovée afin de finir ses jours à la Turballe, en Loire Atlantique. Elle y retourne alors, d’abord pour des raisons administratives, puis se questionne sur les circonstances du décès de son parrain.

Ses vieux démons refont surface, l’interrogeant tant sur la mort que sur la vie, et mettent à mal le sens que l’endeuillée avait attribué à son existence. Elle fait la connaissance de Damien Lasareigne qui, avec ses idées artistiques et révoltées, lui fera voir la vie sous d’autres facettes. Ces événements de vie la forceront à affronter ses peurs, ses proches et à faire valoir qui elle est réellement.

Alors qu’autour d’elle, tout est question de mort et de finitude, pour elle, tout commence.

Wendy nous propose une histoire contemporaine à dimension psychologique. Bien loin de mes lectures habituelles, je trouvais le résumé et le sujet intéressants. J’ai également vu passer de très belles chroniques qui m’ont donné envie de l’attaquer.

Nous faisons la connaissance de Joanne, une femme de 27 ans, enseignante en sociologie dans une université de Aix-en-Provence. En apprenant le décès de son parrain, celle-ci se retrouve à la Turballe. Puis c’est au tour de Damien d’apparaître : un acteur venu écrire le scénario de son prochain film « Les vents de l’existence » loin de Paris. Il souhaite mettre en avant un sujet bien particulier, confronté à de nombreux débats : le suicide assisté. Joanne lui semble être la personne parfaite pour incarner ce rôle qui a une signification très personnelle pour lui.

Nous retrouvons la plume fluide et travaillée de Wendy qui nous entraîne dans de belles descriptions très complètes et détaillées. Elles sont parfois un peu longues ou pas toujours utiles, mais elles n’en demeurent pas moins agréables à lire. Elles font parties de sa belle plume, comme dans son premier roman « Inoubliable symphonie » que j’ai chroniqué ici.

L’auteure vous entraîne dans un changement de vie important, une prise de conscience que nous aussi, nous pouvons avoir à l’âge de Joanne (qui est le mien, hum ^^) mais aussi à n’importe quel âge. Cet instant où on se rend compte qu’on n’est pas heureux et qu’on veut changer avec détermination. Une romance douce se développe entre Joanne et Damien, mêlée à l’évolution de l’enseignante, aux souvenirs, aux raisons du départ de son parrain et de ses réflexions.

Le deuil, les préjugés, l’oppression de la société, l’amour et la renaissance se mélangent au fil des pages. Les protagonistes ne sont pas toujours d’accord, mais chacun développe son point de vue avec respect. Des passages m’ont surpris et émue.

Wendy a su aborder les différents sujets avec finesse. J’ai eu du plaisir à lire son livre et vous le recommande si ces sujets vous intéressent, ou pour découvrir un style différent et une histoire originale.

Disponible sur Amazon et Kobo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code