Chroniques

Les Carmidor

Il n’est nulle gloire sans Nom.

An 1310, royaume de Rubisie. Soutenu par la puissante famille Carmidor, Rehard Virdemis renverse le souverain et s’empare de la couronne. Seule la princesse Dista Arvagna survit au massacre.

Tandis que le patriarche de la maison Carmidor devient le bras droit de Rehard, sa fille Giorda use de ses charmes pour s’attirer les faveurs royales. Mais l’influence grandissante de ces insulaires ambitieux attise la méfiance de la Cour, et tout particulièrement celle du chancelier, le dangereux Visars Virdemis.

Et alors que des tensions éclatent entre les Carmidor et les Virdemis, Dista Arvagna jure de venger son clan et de reconquérir son trône. Dût-elle pour cela faire alliance avec une obscure confrérie, qui proclame que le dieu des océans s’apprête à engloutir les terres émergées.

Mais les Carmidor le savent : les vagues les plus dévastatrices ne seront pas faites d’écume et de sel. Elles seront de terreur et de sang.

Ma rencontre avec Olivia remonte à plusieurs années. À l’époque (coup de vieux) j’avais un blog Skyrock sur ma jument. Je lisais Une sombre histoire de pirate et je ne sais plus comment, je suis tombée sur Les Carmidor. La mise en page et la décoration du blog m’ont interpelée tant c’était superbe et j’ai commencé à lire les premiers chapitres, mais j’ai aussi pas mal échangé avec l’auteure en privé. Je pense que ça doit remonter à six ans, quelque chose comme ça. À ce moment-là, je n’avais pas du tout comme projet d’écrire. J’ai arrêté ma lecture car j’ai quitté la plateforme en question et lire sur l’ordinateur n’est pas le plus agréable pour moi. On s’est totalement perdues de vue.

Quelques années plus tard, j’ai atterri sur Wattpad où j’ai commencé à publier mes romans. Soudain, je vois passer Les Carmidor. OH LA LA. J’avais un immense sourire en écrivant un message privé à Irina qui m’a rapidement répondu. Elle se rappelait très bien de moi. Depuis, on ne se lâche plus et une belle amitié s’est développée. Parfois, la vie est vraiment bien faite.

Revenons à Les Carmidor. Ce roman fantasy vous emmène dans le royaume de Rubisie. Les Carmidor sont une famille composée de Bargald, le père de quatre enfants et duc de Corance. Ce dernier est assassiné sous les yeux de deux de ses enfants, ce qui va déclencher une véritable guerre de pouvoir, mélangée à un déchirement entre les héritiers, sur un échiquier géant que l’auteure manie avec talent.

Tout le monde veut le pouvoir. Ce qui est surprenant dans ce roman, c’est qu’il n’y a pas vraiment de méchant ou de gentils. Chacun a un objectif et est prêt à tout pour l’atteindre. Mais mes chouchous restent les enfants Carmidor. J’ai adoré la force de caractère de Giorda et ses réparties, mais aussi son intelligence. J’ai apprécié Dorio et Aron, les deux frères qui vont se trahir, pensant faire ce qu’il y a de mieux pour leur famille et l’île qu’ils chérissent. On comprend toutes leurs décisions, même si ce ne sont pas les plus justes ou adéquates. L’un va devoir survivre sans pouvoir et va être recherché, tandis que l’autre se retrouve à la place de leur père. Nous avons également Idissa, la benjamine et bâtarde de Bargald. Pas vraiment une Carmidor, pas vraiment acceptée par ses frères et sœurs, elle nous fait de la peine par sa solitude, mais je sais qu’elle va nous surprendre.

En parallèle, nous avons Dista Arvagna, la princesse exilée qui n’a qu’une idée en tête : se venger de Rehard, le roi à qui les Carmidor ont juré allégeance et qui ont fait tuer sa mère, son père et son demi-frère.

Ce jeu d’échecs géant nous amène plein de rebondissements et de révélations. Et quand la nature s’en mêle… l’impuissance est présente et dévastatrice.

La plume d’Irina est absolument magnifique. Un vocabulaire développé, des phrases construites avec soin, tout est réuni pour nos offrir une histoire de qualité. Ce roman est : une véritable pépite. Il faut juste passer les premiers chapitres où tout se met en place, avant de chuter avec les personnages et de s’accrocher.

— Mais peut-être que tout cela est trop complexe pour une femme.

Giorda releva la tête et le toisa avec suffisance. Elle siffla à mi-voix :

— Vous avez raison, seigneur Virdemis. La politique est une partie d’échecs ; et il se trouve qu’aux échecs, la pièce la plus dangereuse, c’est la dame.

Les Carmidor : Trahir et Survivre est le premier tome d’une trilogie/quadrilogie qui s’adresse à un public adulte. Il sera édité chez Beta Publisher en 2021.

Lien vers le premier tome disponible sur Wattpad, pour l’instant.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code