Chroniques

L’Âme bleue

« Abandonnez ceux qui s’abandonnent eux-mêmes. »

Quand Oksana rencontre Max, l’attraction qu’elle éprouve pour lui est immédiate, presque trop forte. Elle sait qu’elle n’a pas de temps à perdre à fantasmer sur des hommes inaccessibles, mais elle n’arrive simplement pas à détourner le regard. C’est plus fort qu’elle : il la fascine. Il l’obsède.

Mais Max est farouche, difficile à cerner. Il aboie autant qu’il mord, déterminé à garder jalousement ses secrets pour lui. Ceux qui la tiennent à l’écart. Que cache-t-il au fond de lui ?

Plus Oksana s’approche de son cœur, plus Max la rejette.

Jusqu’où ira-t-elle pour son sourire ?

Se fera-t-elle un bleu à l’âme ?

Océane est une auteure que j’ai découverte sur Wattpad avec l’Âme bleue. Suite à ça, j’ai acheté sa trilogie fantastique Blue belle, puis lu l’Âme errante, et une partie de l’Âme chanceuse et de Sérial Fucker, sa dernière sortie. Et aujourd’hui, je peux l’affirmer : elle est mon auteure préférée.

Océane a une plume sublime et poétique. Elle manie les mots comme une enchanteresse et nous emporte dans des descriptions où chaque phrase a été minutieusement construite. Ses métaphores qui ne cessent de m’éblouir tant elles sont belles et parlantes. Elle arrive à nous transmettre les émotions de ses personnages d’une manière poignante, et je n’arrête pas d’être envoûtée par chacun de ses romans. Son talent m’épate en continu. De plus, elle a réussi à relier plusieurs univers entre eux avec une aisance impressionnante. En tant qu’auteure, j’ai une admiration sans fin pour son travail.

Cette voix est à l’image de cet homme dont on sait d’instinct qu’il est né pour honorer les délices de la chair. Il sublime la luxure, la débauche. Comme une réincarnation antique d’un dieu de l’amour physique et de la virilité.

L’Âme bleue, c’est l’histoire de Oksana et de Max, des personnages vrais. Oksana est une jeune femme qui manque de confiance en elle. Brisée par son fiancé avant d’être broyée par la vie, elle tente d’avancer sans le soutien de sa famille, mais avec celui de ses amis. Je me suis beaucoup retrouvée dans sa personnalité et dans celle de Charlotte (dans l’Âme errante). Max est un mannequin séduisant, sûr de lui, et désagréable. Seul, bien qu’entouré de ses colocataires et amis, il traîne un lourd passé qui le hante dans des cauchemars terribles et l’empêche de s’épanouir. Dans un bar, Max se fait épier par Oksana. Elle n’arrive pas à détacher ses yeux de lui, car cet homme magnifique dégage une telle tristesse qu’elle aimerait comprendre quelles en sont les raisons. Quand à Max, il a l’impression qu’elle cherche à lire en lui et le pire, c’est qu’elle arrive à passer ses barrières.

Cette fille a passé deux heures à me reluquer, à me faire subir la caresse brûlante de son regard : c’est elle qui est venue me chercher, me cueillir sur ma branche. Et maintenant que je suis mûr et plein de jus, je vais prendre un pied d’enfer à la faire croquer au fruit défendu.

Une première nuit torride s’enchaîne. C’est là que leur histoire commence… mais qui fera un bleu à l’âme de l’autre ?

Le bruit de nos peaux qui s’entrechoquent me fait bourdonner les oreilles. C’est indécent, c’est obscène. Ah, oui ! C’est déjà ma musique préférée.

Les personnages secondaires comme MKT et Chance sont également attachants, mais ayant lu l’Âme errante, qui parle de Charlotte et MKT, et une grande partie de l’Âme chanceuse, qui parle de Inès et Chance, ces personnages sont déjà très développés dans mon esprit, alors qu’on les découvre tout juste dans l’Âme bleue.

Max est trop intense. Soit on aime, soit on déteste. Et moi ? J’adore au point que je risque de me casser toutes les dents sur les rebords tranchantes de son coeur hermétique à la moindre émotion romantique.

Chaque chapitre nous apporte des informations sur le passé de Max et d’Oksana, tout en les faisant évoluer… ou reculer leur relation. Au fil des révélations et des rebondissements surprenants, ainsi que les envers du décor, la lecture est purement additive. Max n’est pas facile à suivre, il ne veut pas s’engager, et Oksana s’accroche : aucun des deux n’est prêt à lâcher l’autre. Leur attirance est trop puissante, et les scènes érotiques sont délicieuses. Il y a également plusieurs passages avec de l’humour qui m’ont bien fait rire.

Non, c’est à cause de l’indicible souffrance que je lis dans les yeux d’Oksana – souffrance qui me tétanise des épaules jusqu’aux orteils.
C’est plus qu’un coeur brisé.
C’est beaucoup plus.
Je ne suis peut-être pas ce qui lui est arrivé de pire, finalement.

Ce roman aborde plusieurs sujets importants et difficiles comme les traumatismes qu’on peut subir lors de l’enfance et les conséquences d’affliction, mais bien plus encore.

On m’a appris qu’une caresse dissimule toujours une gifle. Un compliment, une insulte. Un regard, un jugement. Un baiser, une morsure.

C’était une relecture, et pourtant, j’en ai dévoré chaque phrase, j’ai été touchée et chamboulée par leur histoire aussi fortement que lors de ma première lecture. Le tome 2 est rempli de révélations, d’émotions et de rebondissements, ce qui le rend plus complexe à chroniquer. Mais j’essayerai !

J’espère qu’Oksana est prête, car je vais lui montrer ce qu’il m’est arrivé de pire, dans la vie : l’amour.

L’Âme Bleue est actuellement mon plus grand coup de cœur littéraire. Merci Océane.

Lien d’achat

Laisser un commentaire