Chroniques

À Jamais plus de 500 mètres

La réalité n’est jamais toute blanche ni équitable. Le seul pouvoir que nous détenons sur notre quotidien, c’est la façon dont nous affrontons une situation critique.

Eliza est une éternelle optimiste. Malgré le décès de son père et le douloureux chagrin qui en a suivi, elle a su garder la tête haute.

Lorsque sa mère lui annonce qu’elle a refait sa vie et lui propose d’emménager chez son compagnon Stefen, un veuf riche et adorable, Eliza y voit, là, une occasion en or afin de changer d’air et profiter de son année sabbatique avant son retour à l’Université.

Une nouvelle vie.

Une nouvelle maison.

Une nouvelle famille.

Et surtout, une nouvelle ombre au tableau. Liam, un demi-frère aussi ténébreux qu’envoûtant… enfermé 24h/24 dans cette immense villa, un bracelet électronique à la cheville…

Jessica Hailey est une auteure canadienne que j’ai découvert sur Wattpad. C’est sur la plateforme que j’avais lu ce premier tome et découvert quelques chapitres du deuxième, avant qu’elle ne soit éditée chez Butterfly Editions. J’étais heureuse pour elle, son roman méritait d’être découvert au-delà de Wattpad et du succès qu’il y a rencontré. Je me réjouissais de l’avoir en papier, de lire cette nouvelle version plus travaillée et d’enfin découvrir la suite.

Une romance « interdite », car ils sont demi-frère et sœurs sans l’être réellement, de l’action, la mafia et une intrigue qui monte en pression, c’est un cocktail comme je les aime, rempli de quelques glaçons pour refroidir la passion brûlante entre eux.

La mère d’Eliza sort avec Stefen, le père de Liam. Voilà comment elle se retrouve à cohabiter le fils de ce dernier, un jeune homme désagréable qui ne peut pas sortir de chez lui. Après avoir purgé une peine de deux ans en prison, son père lui a obtenu une liberté sous surveillance : un bracelet électronique l’empêchant d’aller au-delà d’un rayon de 500 mètres de son domicile.

Eliza est gentille, mais blessée par la vie. Peu à peu, elle arrive à accepter la mort de son père. Elle veut rester le plus éloignée possible de ce demi-frère infernal. Elle essaye de comprendre pourquoi il est aussi désagréable avec elle, il n’y a pas de raisons logiques à cette amertume. Tout ce qu’elle souhaite, c’est profiter de cette nouvelle vie et s’épanouir, de trouver sa voie.

— Et toi, tu n’es qu’un vulgaire… orchidoclaste, lâché-je après une pause.

— Attends, tu viens réellement de me traiter de casse-couille ?

C’est une vraie guerre de pouvoir entre les deux nouveaux colocataires, tous les coups sont permis et le chantage est bienvenu.

Depuis le début, il se sert de moi, mais j’ai été bien trop aveuglée par ce qu’il m’a laissé entrevoir de sa petite personne. C’en est fini. La guerre est déclarée.

Soudain, un événement inattendu se produit. Eliza est la seule à pouvoir aider Liam. Il n’a pas le choix. Les deux jeunes adultes commencent à se parler sans méfiance. Liam découvre une femme surprenante, aimante, bien loin d’un « gnome agaçant » ou de la fille insupportable qu’il pensait devoir se coltiner dans sa propre maison. Cependant, quand on parle de ses secrets, c’est inévitable pour Eliza et Liam de se rapprocher, de lâcher prise, de dépasser les limites et d’en payer les conséquences.

L’oncle de Liam n’est pas loin et compte bien arriver à ses fins.

L’histoire évolue avec cohérence. Plus les chapitres défilent, plus on en apprend sur le passé de Liam, sur sa vie et sur ce qui gravite autour de son univers. On est toujours poussé à continuer notre lecture. On apprend à connaître Liam à travers Eliza et franchement… comment résister à cet homme fidèle, charmant et qui en plus aime la littérature ? Quant à Eliza, elle est attendrissante et courageuse. Elle fait de son mieux dans ce nouveau monde qu’elle n’a jamais souhaité intégrer et dont elle ne connaît pas les règles. Et quand on ne les connaît pas, on se fait piéger.

Putain, ça m’emmerde de l’avouer, mais elle a raison. Cette gamine… non, cette fille, cette femme est plus forte que moi. Et elle vient de me faire réaliser à quel point je peux être lâche, coincé dans mon propre cauchemar.

La plume de Jessica est agréable, belle et fluide. Elle transmet les émotions de ses personnages avec brio. Si vous cherchez un roman agréable à lire, avec une romance qui s’installe doucement et une intrigue intéressante qui va totalement se développer dans le tome 2, foncez découvrir « À jamais plus de 500 mètres ».

Aussi sûrement que le soleil se lève à l’Est pour mourir à l’Ouest, j’ai fini par succomber à son charme caché sous une apparence rude.

La dernière partie du tome 1 monte en tension comme je l’adore et la chute nous laisse sur le cul. Tous les personnages y sont entraînés et les conséquences promettent d’être explosives pour la suite. Heureusement, le tome 2 m’attend dans ma bibliothèque et je m’y suis déjà plongée.

Notre histoire semble être un paroxysme de la tragédie grecque. D’un côté, la société nous empêche d’être ensemble. De l’autre, la mafia me l’interdit. Et nous sommes différents, sur deux axes complètement opposés. Si elle est le Sud, chaude et douce, alors je suis le Nord, rude et froid. Si elle est le printemps signant l’arrivée de la vie et de la lumière, je ne suis rien d’autre que l’automne amenant la mort et les ténèbres.

 

Ma note : 4,5/5

En vente en librairie et sur toutes les plateformes.

Le site de l’auteure

Édité chez Butterfly Éditions

J’ai beaucoup aimé ce tome 2. C’est difficile d’en parler sans spoiler vu la chute du tome 1.

Alors, Eliza, qui de nous deux détruira l’autre en premier ? Les paris sont ouverts. Et je mise sur toi.

Nous en apprenons plus sur les personnages secondaires, dont Alex que j’ai beaucoup apprécié et qui m’a touchée. J’ai adoré l’évolution de la relation d’Eliza et Liam : leurs émotions sont plus profondes, plus fortes. Eliza a gagné en maturité, tandis que Liam est plus posé. Son état d’esprit a changé, tout comme ses priorités.

Elle veut s’éloigner ? Je nous rapprocherai. Elle refuse que je la touche ? Je m’assurerai qu’elle en meurt d’envie. Elle souhaite fuir toute proximité ? Je ferai tout pour qu’elle traverse elle-même l’espace nous séparant. Ce n’est pas parce que je respecte ses limites que je ne peux pas la tenter.

J’ai adoré les rebondissements, la tension, la bataille interne de Liam, le suspens et le dénouement final de l’intrigue.

Je m’agenouille devant elle. À cela, une lueur de malice brille dans son regard. Mais je m’en moque. Je m’accroupirais, m’inclinerais, me prosternerais un millier de fois si elle me le demandait. Je me soumets à sa volonté, car dans mon cœur, c’est elle qui y règne.

Ce tome 2 est un vrai régale.

Ma note : 4,5/5

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code